Journal régional

Malherbe : le futur projet se dévoile

21 mai 2018 à 14h52 Par Aurélien Renault et Christophe Lécuyer
Crédit photo : @Christophe Lécuyer

Le nouveau président Gilles Sergent et les autres membres du directoire du Stade Malherbe élus la semaine dernière ont dévoilé ce lundi matin les grandes lignes de leur projet à venir pour le club normand.

Le Stade Malherbe officiellement maintenu en Ligue 1 pour la saison prochaine, l’entraineur Patrice Garande débarqué, le président Jean-François Fortin poussé vers la sortie, une multitude de joueurs sur le départ : le chantier est vaste pour le nouveau directoire. Les dirigeants désormais en place ont tenu à rassurer tous les acteurs végétant autour du club ce lundi matin, en livrant tout d’abord une information essentielle sur leur ambition d’accroitre le budget du club à 40 millions d’ici à 2023 (il est actuellement de 32). A court terme, un nouvel entraineur va évidemment poser ses valises à d’Ornano. Il devra être « expérimenté » selon le nouveau président Gilles Sergent et s’épanouir « dans le respect des valeurs du club » avec la volonté « de travailler avec la formation. » Le responsable du recrutement Alain Cavéglia, définitivement conservé, est au travail depuis dimanche matin. Le nom du coach devrait être annoncé avant le début du Mondial en Russie le 14 juin.

Une chance pour Da Silva ?

Pour l’aspect sportif, l’un des chantiers qui s’annonce délicat concerne le défenseur central Damien Da Silva en partance comme il l’a annoncé à notre micro samedi soir. Les nouveaux dirigeants veulent le rencontrer pour le convaincre de rester un cadre de l’équipe. On leur souhaite évidemment bon courage. Pour ce qui est des futurs visages de l’équipe, cette dernière laissera la part belle aux jeunes puisque des footballeurs issus de la réserve – comme Yoel Armougom avant eux - se sont vus proposer un contrat professionnel. On parle là de la révélation Jessy Deminguat et des prometteurs Thomas Callens et Issa Marega, meilleur défenseur de la réserve. Pour le reste, des moyens financiers vont être mis sur la table afin de faire venir de nouveaux joueurs : « Ce qu’on veut, c’est arrêter de se sauver à la dernière journée. On veut mettre plus de moyens financiers sur le staff technique et les joueurs, » a expliqué Gilles Sergent. L’idée également : améliorer les résultats financiers, déficitaires, avec le défi de ne pas augmenter le prix des billets. Pas une mince affaire.

Enfin, Gilles Sergent et ses acolytes se défendent d’avoir opéré un coup de force pour éjecter Jean-François Fortin et Xavier Gravelaine avec lui. Leur élection a été démocratique et dans le respect des choix des actionnaires. Leur mot d’ordre : l’union de ces derniers. « Ce que l’on a envie de mettre en avant, c’est la notion d’équipe et la collégialité. C’est peut-être, sans doute ce qui nous opposait le plus avec Jean-François, » conclut Gilles Sergent. Pour les suiveurs du club, reste désormais à voir ces ambitions prendre forme à travers les futures recrues et l’ambiance générale au club. Oui, l’été sera chaud à d’Ornano.

Retour sur ce point-presse de lancement de l’ère Sergent dans nos différents journaux de mardi.