Ecouter Radio VFM

Caen foudroie l’OL

15 janvier 2017
Par Aurélien Renault
Au terme d’un match fou, marqué par de nombreux rebondissements, les Caennais se sont imposés contre Lyon (3-2) pour leur première en Ligue 1 en 2017. Les Malherbistes en profitent pour s’extraire de la zone dangereuse à une 15ème place plus respirable.



Il y avait eu du mieux en décembre côté malherbiste. De la crise ouverte avec les supporters au sortir de la déception dijonnaise (3-3) à la défaite frustrante à Monaco (2-1), il s’est passé quelque chose dans le groupe caennais et les esprits ont manifestement voyagé. C’est un peu comme si en se retrouvant dos au mur, les rouge et bleu avaient soudain eu la révélation qu’on attendait d’eux, à savoir le double fait qu’ils n’ont pas perdu ce talent qui les avait portés lors de la saison passée et surtout qu’ils valent largement mieux que le pseudo-relégable qu’ils étaient avant la réception de Lyon.

Caen au plus que parfait

Lyon justement, a pris la mue caennaise en pleine face dès les premières minutes. Pourtant sur la pente ascendante, au cœur d’une série de quatre victoires de suite en L1, les Rhodaniens encaissent l’ouverture du score dès la 8ème minute. Le centre de Frédéric Guilbert, convoité par Ronny Rodelin, est repris maladroitement par Maxwell Cornet. Le geste défensif en forme de reprise du Lyonnais est gagnant et trompe son propre gardien (1-0, 8ème). Les Caennais, devant, jubilent. Mieux, ils insistent en se montrant agressifs et justes dans leur pressing. Dans ces conditions, les Lyonnais multiplient les erreurs, touchent la barre par le jeune Mouctar Diakhaby – certes – mais sont trop brouillons dans leurs transmissions et trop peu appliqués en défense. En pleine incursion dans la surface des Gones, Jonathan Delaplace est pris en sandwich dans la défense adverse : Gonalons est coupable et l’arbitre signale le point de penalty. Dans la forme de sa vie et sur la lignée de son excellente fin de phase aller, Ivan Santini ne tremble pas, trompe Anthony Lopes et fait chavirer d’Ornano (2-0 sp, 29ème).

Lyon renverse la vapeur

Touchés mais pas coulés les Lyonnais. Alors que les Caennais ont eu une énorme débauche d’énergie depuis le coup d’envoi, la baisse de rythme avec deux pions d’avance est logique, compréhensible. Mais soudain trop significatives face à des Lyonnais piqués au vif qui décident – enfin – d’augmenter le rythme techniquement. Une main innocente de Jordan Adéoti quoi que signalée malgré tout par l’arbitre Franck Schneider offre à Alexandre Lacazette l’opportunité rêvée de répondre au penalty d’Ivan Santini. Comme le Croate, le meilleur buteur de l’OL marque en prenant Rémy Vercoutre à contre-pied (2-1 sp, 35ème). Les Caennais viennent de prendre un gros coup sur la tête et alors que des pseudo-supporters balancent des pétards sur les supporters caennais, la souffrance caennaise se fait de plus en plus criante. Bien lancé dans la profondeur au cœur de la surface calvadosienne, Maxwell Cornet se fait pardonner en envoyant un amour de centre sur la tête d’Alexandre « La gâchette » qui trompe Rémy Vercoutre de près (2-2, 45ème). A la pause, les Lyonnais ont renversé Malherbe à la Dijonnaise et on craint alors le pire.

Caen la méritait

Devant la débauche d’énergie et l’ascendant pris par les Rhodaniens, la tendance du match est totalement en faveur des visiteurs. Mais au retour des vestiaires, les Caennais trouvent un second souffle et surprennent leur monde. Jouant longtemps des coudes avec le 4ème du championnat, les hommes de Patrice Garande viennent en planter un troisième. Lancé en orbite, Yann Karamoh réussit un centre difficile et permet à Ivan Santini de marquer un doublé en trompant Anthony Lopes de près (3-2, 61ème). Son dixième but de la saison. Il reste trente minutes à jouer mais la pluie qui ne cesse pas au-dessus de d’Ornano va faire les affaires caennaises. La tête dans le sac, les Lyonnais, habiles balle au pied, ne parviennent pas à combiner comme à leur habitudes. Ils feront trembler les Malherbistes sur un missile de Lucas Tousart bien repoussé par le revenant Vercoutre sur sa barre. Mais c’est bien tout. Impeccable sur Nabil Fékir toute la rencontre durant, Jordan Adéoti peut jubiler avec ses partenaires au coup de sifflet final. Les Malherbistes, là où on ne les attendait pas, se paient Lyon chez eux. Alors qu’ils laissent Angers plonger à la 18ème place, les Normands s’offrent même le luxe de remonter en 15ème position avant d’aller jouer un match en retard à Nantes mercredi et de recevoir Nancy samedi. Et si les nuages avaient définitivement quitté le ciel caennais ?

La réaction de Damien Da Silva à notre micro.